+ 33 (0)173031595 - +41 22 593 48 76/77 contact@apsynergy.com

Apsynergy travaille à la fois avec des clients ayant la version “Professional Edition” (PE) et d’autres qui utilisent la version “Enterprise Edition” (EE) de Salesforce. Comment choisir ? Voici 5 questions à se poser :

Question #1 : Quels sont les produits / services que vous vendez ?

Si votre entreprise propose une offre simple, que vous utilisez un seul processus de vente, pour pouvez démarrer avec la version PE.

Si vous vendez à la fois des produits, des services, ou si votre entreprise est constitué de plusieurs entités qui opèrent indépendamment : la version EE de Salesforce est pour vous.

En effet, contrairement à la version PE, la version EE permet de créer plusieurs types d’enregistrement pour une opportunité, l’EE permet aussi de créer de multiples présentations de page que l’on attribuent à des profils.

Ex : pour la vente de produits, vous pouvez être amenés à détailler dans Salesforce des infos telles que niveau de services (SLA ou Service Level Agreement) ou durée de licence, alors que si vous vendez des prestations de service, des informations telles que le Taux Journalier Moyen, le nom des consultants que vous allez placer chez vos clients, sont des informations pertinentes.

Pour éviter de perdre des utilisateurs Salesforce en cours de route, la meilleure pratique veut que l’on présente uniquement les informations pertinentes à chaque groupe d’individus. Donc on fait appel aux types d’enregistrement, aux présentations de page et aux profils. Pour cela on choisira la version EE.

Question #2 : Le travail réalisé par vos commerciaux est-il plutôt répétitif ?

Si oui, vous bénéficierez au maximum des Workflow de Salesforce, disponible dans la version EE. Les workflows permettent d’automatiser les processus métiers de votre société.

Par exemple, il m’est arrivé de travailler pour un client (utilisant l’EE) dont la plupart des produits étaient vendus sous forme de licences pour une durée de 12 mois, 24 mois, etc, sans renouvellement de type “tacite reconduction”. Une part non négligeable du travail des commerciaux consistait à faire en sorte que les clients renouvellent leur licence en fin de période. Pour ce faire, les workflows permettent d’alerter le ou les commerciaux concernés par le renouvellement 2 ou 3 mois avant échéance.

Question #3 : Impliquez-vous un seul commercial par affaire ou travaillez vous plutôt en équipe sur les mêmes affaires ?

Si vous travaillez à plusieurs sur les mêmes affaires, la fonctionalité équipes d’opportunités, disponible avec la version EE, est succeptible de vous intéresser. Les équipes d’opportunités permettent facilement de partager/d’impliquer un groupe d’utilisateurs pour les opportunités, mais aussi (nouveauté Summer ’13) de partager le revenu sur certains deals avec la fonctionnalité , par exemple pour reconnaitre le travail des ingénieurs avant-vente de votre société, ou un autre groupe, un autre individu qui agit en tant qu’apporteur d’affaire.

Question #4 : Votre CRM est intégré à un centre d’appels ?

Si oui, jetez un coup d’oeil sur la Service Cloud Console. Cette console est disponible avec la version EE du Service Cloud. De plus, Salesforce fournit un toolkit pour offrir un connecter de type softphone en utilisant les standards CTI 3.0 et 4.0. D’autres fonctionnalités très utiles pour les agents de centres d’appels sont le Case Feed et Chatter Answers. Tout ceci seulement avec l’edition EE !

Question #5 : Aurez vous besoin d’une API (Application Programming Interface) Salesforce ?

Voici une question pas évidente pour ceux qui démarrent sur Salesforce. Les deux principaux outils d’import/export et de synchronisation de data (Dataloader.io et Excel Connector) fonctionnent aussi bien sous EE que sous PE, exception faite de l’Apex Dataloader.

Vous aurez besoin de l’API pour par exemple :

  • Mettre en place un SSO (Single Sign On) – vos utilisateurs s’identifient avec un seul mot de passe pour plusieurs applications, dont Salesforce,
  • Intégrer Salesforce avec votre site internet ou un portail internet au dela du simple “Web to Lead” et du “Web to Case”,
  • Intégrer un ERP, la facturation, d’autres systèmes de type back-office.
  • Il y a des nombreux autres cas de figures pour utiliser l’API de Salesforce

Si Salesforce est vouée à une existance de type “Standalone” dans votre entreprise, avec quelques intégrations light, de type Web-to-Lead, ou import/export/synchronisation de données, le version PE suffira. Si au contraire vous comptez intégrer Salesforce dans votre environnement IT existant, il est très probable que vous aurez recours à une des API Salesforce (disponibles avec la version EE).